Le numérique n'est pas révolutionnaire
il est systémique.

François-Xavier
Marquis

INFLUENCEUR

#humainintelligencefirst

#intelligencehumainedabord

PHILOSOPHIE

“Mettre l’humain au coeur de notre devenir c’est mettre la pensée au-dessus de la technologie.”

Affirmer que le numérique est révolutionnaire, c’est renoncer à en maitriser l’évolution : la révolution nous balaie et nous n’y pouvons rien. Or le numérique n’arien de révolutionnaire, il est, de par sa nature systémique, simplement difficile à appréhender pour nos esprits cartésiens. La particularité virale de ces technologies repose sur la capacité d’analyse de la donnée qu’elles développent : celles-ci nous donnent le sentiment d’avoir des réponses à toutes nos questions. Cela est une nouvelle fois faux : ce que l’on appelle intelligence artificielle n’est qu’une partie de l’intelligence humaine et il y aurait un danger majeur à s’y limiter.Les résultats que nous obtenons par les outils d’IA ne doivent pas nous masquer notre rôle : trouver des solutions. Se limiter aux simples résultats, seraient une dégradation de notre capacité à maitriser notre destin.

Un fonctionnement
systémique

Notre culture nous a habitués à raisonner de façon verticale, thématique, par domaine : la transversalité ne nous est pas naturelle. En intervenant, en même temps, sur l’ensemble des composantes de notre éco-système, les technologies mettent notre environnement dans un univers instable.
La culture mono thématique que nous maitrisons de façon traditionnelle nous avait appris à modifier une variable à la fois, et induit de ce fait la capacité à prévoir, à programmer, à certifier…. Aujourd’hui toutes les variables bougeant simultanément, pour nous même, pour notre voisin, pour nos groupes…. Nous allons devoir réapprendre à mixer la prévision (indispensable pour avancer) et le réflexe (nécessaire pour s’adapter).
L’incertitude ne doit pas nous empêcher d’avancer : avancer dans un univers incertain, est la définition de « décider. Loin d’anéantir notre jugement, la mouvance de notre environnement va nous amener dans un univers où nous devrons prendre des décisions de plus en plus fréquentes.

rue bondée de nuit dans une grande ville systemique
route nocturne grandes-composantes

Les quatre grandes
composantes

La panoplie de technologies mobilisées sous l’appellation « numérique » ou « digital » impacte profondément quatre repères humains : le temps, la distance, l’état, la taille qui contraignait notre existence physique. La modification de chacun de ces 4 éléments représente à lui seul un facteur d’évolution majeur, leurs combinaisons en démultiplient le potentiel. Le numérique va nous faire osciller de données impalpables (espace/temps) à des grandeurs physique (taille/état). Cette oscillation, nous devons apprendre à la comprendre. Le champ du possible est considérablement augmenté, et nous allons avoir à arbitrer en ce qui est faisable et ce qui doit être fait. »

Des mutations

Dans les années 60 avec l’automatisation se résumait à la substitution d’un acte manuel par un acte mécanique dont l’autonomie va augmenter au fil des années. Dans les année 80, l’informatisation qui va permettre de gérer une partie (en particulier la part administrative) de l’activité de façon dématérialisée. Mais le grand développement date du début des années 90 avec la numérisation, quipermet de passer un élément physique en données dématérialisées. C’est une décennie ou l’on va reproduire les mêmes manières de faire en passant du support physique au support numérique. Les années 2000 ouvrent une nouvelle ere : adossé aux réseaux de trans mission de la donnée, on se rend compte que ce qui est collecté à un endroit peut être transféré dans un autre : on va commencer à utiliser le potentiel pour faire différemment. C’est le boum de l’innovation numérique que l’on a improprement nommé « digitalisation ». Dans les années 2010, la capacité à intégrer un nombre incalculable de données, permet de venir au secours des monteurs d’inférences des années 60 qui peinaient par manque de données. La progression des algorithmes et de la vitesse de communication nous amène à l’ étape communément (mal) nommée Intelligence Artificielle. Celle-ci nous permet d’accroitre nos capacités prédictives, les aides à la décision ou l’assistance aux actes physiques (chirurgie par exemple). Cette évolution est hétérogène, et cette hétérogénéité est dangereuse. L’objectif de l’information de la sensibilisation et de la formation est de diminuer les écarts pour éviter une rupture sociétale.

vue aérienne d'un désert de glace mutation
photoportrait de François-Xavier Marquis

À PROPOS

En 2015, j’ai été missionné par le Premier Ministre Manuel Valls pour préfigurer la Grande Ecole du Numérique, voulue par le Président de la Répulque, François Hollande. Par ailleurs, François Rebsamen m’a missionné pour effectuer une étude sur le nouvel équilibre de la Formation Professionnelle à l’aulne des technologies numériques.
Ces deux missions se sont appuyées sur: Une expérience d’entreprise: Pendant 15 ans Directeur général d’Entreprises Moyennes, et 25 ans d’accompagnement des mutations technologiques et numériques, Une compétence spécifique en formation professionnelle et universitaire : Enseignant et Professeur associé pendant 10 ans, Ecole des mines de Nantes, Institut de l’Homme et de la Technologie…, créateur de programmes pédagogiques et d’établissements de formation professionnelle.

PRESTATIONS

CONFÉRENCES

Déclinaison des conséquences des 4 fondamentaux (temps, distance, taille état), leur impact sur la stratégie, sur les ressources humaines, le vivre ensemble, les comportements individuels ou collectifs ainsi que sur la formation des équipes. Ces conférences sont adaptées aux publics, professionnels : entreprises, formation, collectivité et citoyens : associatifs, étudiants.

En savoir plus

FORMATION

Tout décideur, entreprise, élu, responsable d’association, école…, doit prendre en compte les conséquences du numérique et les implications dans sa manière d’assurer sa mission. Nous mettons en place une équipe pluridisciplinaire pour les accompagner dans cette réflexion, dans le choix des solutions et dans la mise en œuvre de leurs décisions.

En savoir plus
Converture du livre : pensée ou intelligence artificielle ?

LIVRE

Au travers de plus de 30 années pour l’intégration des technologies au sein des entreprises, des groupes humains… « pensée ou intelligence artificielle ? » aborde la modification de comportements générés par les technologies du numérique. En suivant une grille de lecture plaçant la technique au service de l’humain il aborde successivement les grandes fonctions de l’entreprise pour ouvrir sur la gestion des ressources humaines, la formation et la nécessité de la remise en cause. Il insiste en particulier sur l’importance de l’enjeu de la gestion des données, et la nécessité de différencier celle-ci de l’intelligence. Si on ne remet pas les enjeux dans le bon sens, la vitesse des technologies et leur orientation par quelques intérêts privés risquent de se retourner contre l’enjeu citoyen des sociétés.

Vers le site de l'éditeur

TRAVAUX

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit. Quibusdam quidem eveniet placeat iure dolorem maiores nihil, explicabo blanditiis laborum obcaecati non ullam pariatur iste sapiente neque est quas deserunt aliquam velit temporibus autem deleniti. Possimus itaque expedita, in libero distinctio sit, animi vitae, reiciendis unde obcaecati blanditiis rerum. Laboriosam, iste!

Les dernières vidéos

Pensée ou intelligence artificielle

29 janvier 2018

Demain nous serons tous des travailleurs nomades

11/11/11

Voir les autres vidéos

Les derniers articles

                
Faisons avec le numérique une société plus humaine.

11 juin 2018

Un territoire numérique se mesure moins à son nombre de startups qu’à l’appropriation de la technologie par ses habitants

4 avril 2018

Voir d'autres articles